Environnement


Les Marais de Chautagne et Lavours ainsi que le Lac du Bourget doivent leur existence au passage des grands glaciers Alpins de l’Isère, de l’Arve et du Rhône, et à leur énorme pouvoir d’érosion, au cours des différentes périodes glaciaires du Quaternaire.

Guidés par les structures géologiques, ils se sont affrontés au niveau d’Aix les Bains / Châtillon et ont été bloqués par les verrous rocheux du Grand Colombier / Mont-Landard, montagne du Chat.

Leur stagnation entraînant un puissant surcreusement a été occupé par le lac qui s’étendait de Seyssel au nord jusqu’à Yenne et Chambéry au sud.

Ce lac primitif s’est progressivement comblé à partir des dépôts glaciaires et des apports alluviaux du Rhône, du Fier et du Séran développant les tourbières de Chautagne et Lavours.

Le Lac du Bourget se prolonge, au nord, par une phragmitaie aquatique. C’est là que nichent et se reproduisent colverts, poules d’eau et grèbes.
Les prairies humides, piquetées d’aulnes et de saules, colonisent progressivement le marais qui est aussi le domaine des batraciens.
Dans la peupleraie la végétation est abondante et diversifiée et quelques 120 espèces d’oiseaux nichent dans ce secteur. Le gibier trouve un territoire à sa mesure ainsi que le castor dont on peut voir les traces.

L’ambiance y est paisible, le marais nord du lac reste très sauvage et préservé du fait d’une urbanisation limitée.
On peut louer bateaux électriques ou canoës pour découvrir seul les lieux ou bien se laisser conduire sur un bateau de tourisme.

Chanaz fête son carnaval Vénitien le dernier Week-end de juin.